Annulation gratuite : notre charte d'engagements Covid-19

Réservez votre voiture

11/01/2021

Les meilleurs rhums de Guadeloupe que l’on puisse trouver

Le Domaine de Bellevue de Marie Galante est le meilleur rhum des connaisseurs !

Dans les Caraïbes, les meilleurs rhums de Guadeloupe sont à découvrir au même titre que les plages aux paysages de carte postale. Le rhum guadeloupéen, une des spécialités historiques de l’archipel, occupe une place de choix dans la culture locale.

L’histoire de ce breuvage est intimement liée à celle de la colonisation et débute par l’exploitation des premiers champs de canne à sucre. Plusieurs évènements historiques ont eu des impacts majeurs sur son cours et lui ont donné la tournure que l’on connait aujourd’hui.

Après un parcours relativement agité, le rhum de la Guadeloupe retrouva ses lettres de noblesse dans la deuxième moitié du XXe siècle. Les distilleries présentes aujourd’hui sur l’île proposent une grande variété de rhums de qualité.

Dans les lignes à suivre, allez à la découverte des meilleurs rhums de Guadeloupe et de leur histoire.

La grande histoire du rhum de Guadeloupe

En novembre 1493, l’explorateur italien Christophe Colomb a fait la découverte des îles de Basse-Terre, de la Dominique et de Marie-Galante. Il attribua à Basse-Terre, appelée Karukera par les Caraïbes ou Kalinagos autochtones, le nom de Santa Maria de Guadalupe de Extremadura.

La Guadeloupe resta inoccupée et inexplorée par les colons pendant plus d’un siècle. Ce n’est qu’en 1626 que le cardinal de Richelieu décida d’envahir les Petites Antilles, notamment la Guadeloupe et la Martinique.

C’est ainsi qu’en 1635, Charles Liénard de l’Olive et Jean du Plessis d’Ossonville débarquèrent sur l’île pour dominer les indiens caraïbes. Le climat et la terre s’étant révélés propices à la culture de la canne, le roi de France Louis XIV ordonna les premières plantations pour la fabrication du sucre.

Les débuts : L’eau-de-vie de canne ou guildive

Dans le processus de fabrication du sucre, les producteurs obtenaient des sous-produits jugés inutiles après l’égouttage du sucre cristallisé. Aux environs de 1667, le père Jean-Baptiste Du Tertre a découvert qu’il était possible d’en faire un breuvage : l’eau-de-vie de canne.

Il institua alors les techniques de préparation de cette première version du rhum alors appelée guildive ou tafia. Il faudra attendre l’an 1694 pour voir le Père Labat apporter une amélioration considérable à ces techniques.

Ce dernier proposa une démarche de fabrication du rhum à partir de la mélasse. Une visite au musée du rhum de Guadeloupe vous apprendra qu’il est le premier distillateur reconnu de rhum sur l’île.

Une histoire marquée de rebondissements

Les premières versions du rhum étaient consommées principalement par :

  • Des pirates ;
  • Des contrebandiers ;
  • Des esclaves ;
  • Des soldats.

Adopté au départ par plus d’un, le rhum a ensuite connu une évolution en dents de scie. L’industrie du rhum en Guadeloupe a été défavorisée par :

  • La colonisation des anglais exportateurs de mélasse à la moitié du XVIIIe siècle ;
  • La recolonisation par les français sous le règne de Napoléon.

Cependant, la modernisation des industries sucrières à la fin du XIXe siècle et les maladies des vignes de Bordeaux ont provoqué l’essor du rhum agricole de Guadeloupe. Les autres alcools et la deuxième guerre mondiale ont par la suite menacé cette production des meilleurs rhums de Guadeloupe.

Après la deuxième guerre mondiale

Au cours de la deuxième guerre mondiale, les Antilles furent coupées de la métropole. Les distilleries ne pouvaient donc plus écouler tout le stock de leur production.

Certaines ont dû fermer en raison des difficultés liées à l’entretien des machines. Il leur était en effet impossible d’obtenir des pièces nécessaires aux réparations. Ainsi, de plus de 50 distilleries dénombrées en 1940, il reste aujourd’hui moins de 10 distilleries de rhum en Guadeloupe.

Les distilleries rescapées de cette histoire faite de hauts et de bas se sont spécialisées dans le rhum industriel ou dans le rhum agricole. Nombre d’entre elles proposent aujourd’hui les meilleurs rhums de Guadeloupe.

En outre, le rhum est devenu une spécialité locale et un des principaux atouts du tourisme en Guadeloupe. Sa mise en bouteilles par les distilleries est une obligation depuis 1956.

Les classifications du rhum

Le rhum du Père Labat a connu à travers les âges, une grande amélioration donnant un large éventail de saveurs et de qualités. Ainsi, il existe des classifications même au sein des meilleurs rhums de Guadeloupe.

Rhum agricole ou rhum industriel

Le rhum agricole est fabriqué à partir du vesou, le jus issu de l’écrasement des cannes à l’aide d’une presse. Ce jus est ensuite convoyé aux cuves de fermentation pour y macérer pendant 36 à 48 heures.

Il s’en suit l’étape de la distillation dont le but est d’aboutir au meilleur rhum de Guadeloupe. Notez que ce dernier porte l’Indication Géographique Protégée (IGP) et non l’Appellation d’Origine Controlée (AOC) qui caractérise les rhums de Martinique.

Quant au rhum industriel ou traditionnel, il est produit grâce à la mélasse qui constitue un rejet de la production sucrière. Cette mélasse est diluée avant d’être mise en fermentation pour enfin passer à la distillation. Ce rhum est très apprécié dans les pays anglo-saxons et hispaniques.

La distillation sert à affiner l’alcool issu de la fermentation pour lui conférer toutes les caractéristiques du rhum. Après cette étape, le vieillissement permet d’avoir au bout du compte les meilleurs rhums de Guadeloupe.

Les durées de vieillissement

Le vieillissement consiste à stocker l’alcool issu de la distillation dans des cuves en inox ou en bois, suivant des conditions spécifiques. Il doit être réalisé avant la mise en bouteille. Sa durée se détermine en fonction de la qualité de rhum souhaitée. Ainsi, par exemple :

  • Le rhum blanc de Guadeloupe est conservé pendant 3 mois dans des cuves en inox avec des ajouts d’eau de source ;
  • Le rhum ambré de Guadeloupe ou rhum paille, est produit 18 mois avant sa mise en bouteille et conservé dans des foudres de chêne ;
  • Le rhum Very Old (VO), l’un des meilleurs rhums de Guadeloupe, est conservé dans les mêmes types de cuves durant 3 années ;
  • Le Rhum Very Special Old Pale passe 4 années de vieillissement ;
  • Le Rhum Extra Old (XO) vieillit durant 6 ans ;
  • Les rhums vieux de Guadeloupe encore appelés rhums millésimés sont des breuvages stockés pendant 15 à 70 ans.

Le rhum tel qu’il est consommé en Guadeloupe

Le rhum est un breuvage de choix dans la culture créole et se consomme lors des petites et grandes occasions. Parfois, des femmes âgées s’en servent pour concocter des remèdes naturels. Dans le cadre de vos activités en Guadeloupe, ne soyez pas surpris d’entendre l’appellation « rhum arrangé ».

Le rhum arrangé de Guadeloupe désigne un rhum agricole ou industriel, aromatisé. On y laisse macérer du fruit, une plante ou une épice. Vous pouvez donc savourer un rhum de Guadeloupe arrangé :

  • À la cannelle ;
  • À la vanille ;
  • À la mangue ;
  • Au gingembre ;
  • Au litchi.

Vous pouvez également le boire en punch ou simplement avec du citron vert. Il est par ailleurs employé pour parfumer les pâtisseries et des glaces.

Présentation des meilleurs rhums de Guadeloupe

Les meilleurs rhums de Guadeloupe se démarquent par leur goût et leur histoire. Si vous avez pensé à faire une location de voiture en Guadeloupe, vous pouvez alors visiter les grandes distilleries qui les produisent.

Vous aurez en outre l’occasion d’explorer Grande-Terre ou Marie-Galante, de visiter les musées et de vous prélasser en bord de mer. Découvrez ci-dessous 5 des meilleurs rhums de Guadeloupe à savourer lors de votre séjour.

Le rhum blanc Domaine de Bellevue

La distillerie de Bellevue, basée à Capesterre de Marie-Galante, petite île au sud de la Guadeloupe réputée pour l'excellence de son terroir de canne à sucre, se repère par son moulin datant de 1821 - chiffre qui en a d'ailleurs fait la marque leur rhum vieux.

Anciennement sucrerie, puis devenue distillerie de rhum dans la fin des années 30, Bellevue est également la première distillerie éco-positive du monde. Cet engagement en faveur du respect de l'environnement créé un environnement propice à l'élaboration d'un rhum médaillé plus de 13 fois au Concours Général Agricole.

Particulièrement fruité, ce rhum blanc agricole révèle toute la subtilité de ses arômes dans son 59°, mais il est également disponible en 50°. 

Le rhum vieux réserve spéciale 42° Karukera

Cette rhumerie située sur les terre de la distillerie Espérance, dans la commune de Capesterre-Belle-Eau à Basse-Terre est le producteur de ce nectar en bouteille de 70 centilitres.

Ce produit de la réserve spéciale des rhums agricoles de plus de 5 ans de maturation, a été honoré de la médaille d’or au concours mondial de Bruxelles en 2015.

Il a obtenu également la même année, la médaille d’argent au Rhum Fest Paris. Il s’agit sans conteste de l’un des meilleurs rhums de Guadeloupe et il est reconnaissable à son odeur épicée suivant une note combinée de girofle et de poivre.

Le rhum blanc agricole Damoiseau 50°

À Grande-Terre dans la commune du Moule, la distillerie familiale Damoiseau produit depuis 1942 du rhum blanc agricole. Elle exploite le domaine pour distiller et exporter dans plus de 40 pays ce breuvage reconnu parmi les meilleurs rhums de Guadeloupe.

Le rhum blanc Damoiseau 50° permet également à la distillerie d’être le leader du marché du rhum en Guadeloupe avec plus de 50% des parts de ce marché.

Le vieux rhum Cuvée Spéciale Chevalier de Saint-Georges

Cette cuvée spéciale de 40° rend hommage à Joseph Bologne, plus connu sous l’appellation de Chevalier de Saint-Georges. La distillerie de Bologne sise non loin de la Soufrière à Basse-Terre depuis le XVIIe siècle en est la seule productrice.

Ce vieux rhum, l’un des meilleurs rhums de Guadeloupe, est gardé plus de 10 ans dans des fûts de chêne avant la mise en bouteilles de 70 centilitres. Il est très prisé en raison de sa saveur riche et épicée aux notes de vanille, de son arôme boisé et de sa magnifique couleur d’or vieux.

Le rhum blanc agricole Longueteau

La distillerie Longueteau assure la réalisation de ce rhum blanc guadeloupéen. Créée en 1895, elle est la plus ancienne des distilleries encore fonctionnelles sur l’archipel. La firme est installée sur le Domaine du Marquisat à Sainte-Marie de Capesterre-Belle-Eau.

Elle fabrique quelques-uns des meilleurs rhums de Guadeloupe, qu’ils soient ambré, blanc ou vieux. Le rhum blanc agricole Longueteau, l’un des plus connu, est disponible en quatre versions : 40°, 50°, 55° et 62°.

Le rhum blanc Montebello 50°

La distillerie Carrère située à Petit-Bourg se charge depuis des lustres de la conception du rhum blanc Montebello. Ce breuvage est fait à base de vesou obtenu de cannes cultivées en régions volcaniques. La durée de fermentation du jus va exceptionnellement de 48 à 52 heures.

Durant le temps de maturation du rhum, cette distillerie familiale entrepose les fûts de chêne dans de vastes containers métalliques. Ces touches spécifiques apportées à la production contribuent à faire du rhum blanc Montebello 50° l’un des meilleurs rhums de Guadeloupe.

Pour preuve, ce breuvage a obtenu 11 fois la médaille d’or au concours général agricole de Paris entre 1990 et 2020. Aussi, à en croire les consommateurs, il mérite amplement son classement parmi les meilleurs rhums de Guadeloupe.